lundi 12 septembre 2011

Travaux - ça continue

A ceux qui s'interrogent sur le devenir de mon auguste (et très modeste) personne, notamment en raison du fait qu'on m'a casté pour le rôle d'une huître dans "Océans 2 - Le retour du Gulf Stream" tellement j'habite dans ma coquille, voici un début de réponse : les travaux continuent.

Les plus malchanceux d'entre vous ont eu l'occasion de mesurer l'étendue des dégâts lors de leurs passages à mon château (en Espagne). Y'a un vache de taff à faire, et vu que j'apprends sur le tas, je fais pas mal de conneries, mais ça progresse. Alors si jamais tu étais tenté(e) de posséder un jour une résidence principale individuelle et donc de cracher tes impôts fonciers à toi tout(e) seul(e), voici ce qu'il me reste à faire dans cette maison achetée "sans travaux" :

  • mettre du mortier à plaque de plâtre, des bandes de joint et enduire le mur du bureau que j'ai massacré pour passer des câbles
  • connecter les 4 câbles réseaux grade 3 qui sortent du mur du bureau aux 4 prises réseau cat. 6 qui vont loger dans le mur, connecter une prise RJ12 sur le câble téléphonique, connecter une prise secteur sur le câble
  • tirer 2 câbles réseau depuis mon armoire de comm vers la cave, pour le futur studio audio/mixage et le futur atelier de meubles
  • tirer 2 câbles réseau depuis l'armoire vers l'étage supérieur, pour brancher les chambres des mômes et les préparer à devenir esclave de Facebook ou de la prochaine merde qui prendra le relais
  • tirer encore un câble vers le rez-de-chaussée, en plus de celui qui alimentera la FreeBox, pour brancher éventuellement un 'tit portable d'un copain ou qqch de ce genre
  • tout brancher lesdits câbles sur les bonnes prises
  • acheter un bon gros switch réseau Gigabit, et l'installer dans le rack
  • bricoler un support pour installer la prise secteur, la rallonge adéquate, le tout devant être proprement accroché dans le rack
  • tout connecter en catégorie 6, et espérer que tout fonctionne
  • installer la Freebox dans l'armoire réseau, à côté du NAS et de l'onduleur, brancher, constater que tout fonctionne parfaitement, fermer la porte et constater que l'informatique peut parfois être silencieuse, surtout si le chantier visait un WAF élevé
  • déconnecter enfin le WiFI, et kiffer la life avec moins d'ondes
  • monter le bureau, installer tout ce qu'il faut comme prise et bien mettre à part les équipements qui se branchent sur la prise issue de l'onduleur
  • pousser un bref soupir de satisfaction en constatant qu'une baraque, c'est plus chouette quand y'a pas des ordis qui traînent dans tous les coins, et qu'on parque ces saloperies dans un enclos qui leur est réservé et dont toute sortie est définitivement prohibée
  • avant de passer à la suite, boucher les trous que j'ai fait dans la salle de bains en perçant trop loin le mur quand j'ai posé le rack
  • installer sur les murs toutes les étagères et bibliothèques nécessaires pour stocker les millions de paperasses que nous devons conserver, en attendant d'avoir le temps de scanner tout ça proprement pour archiver pour de vrai dans des boîtes qu'on n'aura plus besoin d'ouvrir
  • monter d'un étage, boucher le trou du toit de la salle de bains du 2ème et ainsi, performer à mort au niveau de l'isolation, yeah yeah
  • installer un WC suspendu dans la salle de bains du 2ème, cela sur un joli coffrage dissimulant la tuyauterie derrière, démonter le WC pour pouvoir carreler
  • dégager toute la tuyauterie cuivre qui va pas dans ladite salle de bains, installer la plomberie en PER et préparer la place de la future baignoire
  • monter une cloison en béton cellulaire pour mettre les utilisateurs des WC dans un sentiment d'isolement propice à l'usage de l'appareillage hygiénique (car bien que Sasane affirme depuis longtemps que "Le caca c'est rigolo", nous autres humains civilisés de force ressentons une certaine gêne à l'idée de nous alléger hors du confort feutré d'une alcôve idoine)
  • tout carreler de façon chic, discrète et néanmoins sensuelle (comme disent les marchands de carrelage, wow, trop sexy le grès cérame teinté en pleine masse !)
  • mettre la baignoire, le chiotte, monter le meuble lavabo, remettre une ampoule dans l'éclairage, dire "putain j'en ai marre de ces travaux de merde", faire caca dans le WC tout neuf, s'apercevoir que j'ai pas rouvert l'arrivée d'eau, que j'ai pas rechargé l'armoire en PQ, appeler à l'aide et patienter le temps que ça se remplisse pour tirer la chasse et retrouver un peu de dignité
  • pousser pour soi-même un bref soupir de contentement, ouvrir une bière, s'apercevoir qu'elle est bien meilleure quand on en a chié comme un rat mort avant de la boire
  • sortir sur la terrasse et finir de monter la jardinière en béton cellulaire, à grands coups de mortier-colle (pour coller) et de goudron (pour étanchéifier), avant de remplir de bonne terre du jardin pleine de grosses larves élevées en masse dans le composteur
  • galérer à créer une réserve sous ladite jardinière pour laisser s'écouler l'eau de pluie dans le réservoir idoine
  • connecter enfin le réservoir en question à la sortie d'eau, grâce au super filtre mécanique made in moi-même qui évitera que trop de matière organique vienne pourrir dans la flotte et que tout ça croupisse comme les idées sur l'insécurité dans la tête d'un adhérent des Jeunes Pop)
  • monter la cabane de jardin qui attend depuis deux ans qu'on la monte
  • la remplir avec des outils de jardin et d'autres conneries
  • constater que j'ai oublié de la poser sur une dalle correcte, donc la vider, fabriquer une dalle, la poser sur la dalle, la re-remplir, pester deux ou trois fois contre mon manque de suivi dans les idées
  • trouver des grandes baies vitrées installable sous le toit-terrasse, pour clore proprement le futur atelier à meubles
  • installer les baies vitrées
  • remplacer les vitres pétées lors des tentatives malheureuses
  • installer l'escalier extérieur et fabriquer un palier digne de ce nom
  • poser une rambarde correcte, après avoir galéré comme un porc pour bricoler les pièces nécessaires à une pose en applique, alors qu'elle est pas faite pour
  • mettre un revêtement de sol sympa sur la terrasse
  • expliquer à la police et au juge pourquoi j'ai dû commettre des braquages afin de payer tous ces travaux
  • leur dire que j'ai pas fini, qu'il reste encore à faire recimenter les tuiles faîtières, à coffrer les marches de l'escalier principal pour refaire le béton qui pète chaque hiver, que je dois arracher le lierre et le remplacer par une plante moins chiante sur la haie, que je dois repeindre la grille d'entrée, refaire les chapiteaux des poteaux qui l'encadrent, que je dois boucher les trous dans le goudron de l'allée, et qu'un jour peut-être on me dédiera une statue parce que tout ça, je dois le faire en plus de mes journées de travail, de mes soirs de répèt, de l'éducation de mes gosses, des repas que je cuisine le soir, des bouquins que je veux écrire, et que j'aimerais bien aussi de temps en temps voir mes potes pour leur parler de mon mal de dos chronique, lequel se dissout très bien dans la bière

--G4rF--

2 commentaires:

Sandrine Soudant a dit…

G4rF,

Si je puis me permettre, ton pb est connu. C'est simple, tu n'as pas suffisament de RTT et congés.

Pour le mal de dos, je te conseille l'osthéo, Mr Benameur m'a remis le dos d'équerre rapidement. Il est conventionné.

Bon courage pour la suite,

g4rF a dit…

Hum... bonne suggestion !
Côté ostéo, je suis déjà suivi, en fait, et j'ai du pot : c'est une fille dont le cabinet est situé juste au dessus du bar où on va se prendre des bières de temps en temps.
Décontraction et analgésie, avec des bulles ! :-)